Chercher à mieux comprendre l’histoire peut être un défi quand on a pas l’habitude. On ne sait pas par où commencer, cela paraît si vaste, rempli de détails, de contradictions, de détails à retenir. Mais cela ne doit pas vous stopper : vous n’avez pas besoin de tout retenir, ce serait d’ailleurs impossible. Laissez simplement votre curiosité s’alimenter là où elle s’éveille et ce sera déjà formidable ! Voici quelques pistes issues de mon expérience de curieuse pour découvrir le patrimoine pas à pas.

La valeur de la “petite histoire”

Je suis souvent attristée de n’entendre parler dans les médias que de la seule histoire des grands événements et personnages (Louis XIV, Napoléon, les guerres mondiales). Ces récits sont bien sûr passionnants et importants pour comprendre les enjeux à l’échelle d’un pays ou d’un continent. Cependant les traces régionales du passé ont également beaucoup à nous apprendre.

L’histoire locale, liée à nos grands-parents et à notre région, est riche de détails significatifs des évolutions quotidiennes à travers les époques. Elle est d’ailleurs l’objet d’un courant particulier de la recherche en histoire que l’on appelle la « microhistoire ».

Souvent placées sous le sceau de l’anecdote, les histoires glanées auprès de nos proches ou sur la plaque près du puits du village sont de bonnes portes d’entrées. Elles nous offrent un nouveau regard sur notre environnement, et mettent en perspective les changements opérés par le temps.

Pensons par exemple aux moulins, aujourd’hui délestés de leur usage mais conservés pour leur esthétique. Ils étaient autrefois des centres d’activités et de rencontres importants.

Heritage Alley | Découvrir le patrimoine
Puits, Bretagne

Oser explorer autour de soi

Il n’y a pas besoin d’aller bien loin pour découvrir son patrimoine. Sous le soleil ou sur le net, il est possible d’inventer des façons simples et accessibles de découvrir le patrimoine et l’histoire.

Je commence souvent par aller voir la rubrique “histoire” sur la fiche Wikipédia d’un endroit qui m’intéresse. Souvent, j’y découvre que telle personnalité a vécu près de là ou des idées d’endroits à visiter. Si j’ai des doutes sur ce que je lis, je jette un œil aux notes en bas de la page pour vérifier la source des informations.

Parfois, je consulte les sites internet des communes ou les sites de passionnés de la région. Ce derniers sont souvent riches en détails, souvent plus intimes puisque souvent constitués de souvenirs, rendant le récit plus vivant.

Enfin, j’adore me promener le nez en l’air, à l’affût de détails trahissant l’histoire du lieu. J’aime explorer les petites ruelles, m’asseoir sur un banc place de la mairie et imaginer comment c’était il y a 50 ans. Je scrute les environs à la recherche d’une arche en pierre se détachant d’un bâtiment moderne ou d’une plaque annonçant le lieu de naissance d’une auteure.

S’ils sont bien fait, je parcours les panneaux pédagogiques pour en savoir plus sur l’histoire du lieu ou l’environnement que je visite. J’y trouve quelques fois des informations sur les grenouilles, les myosotis ou les champignons qui m’entourent. Il m’arrive de les prendre en photo pour les relire à tête reposée.

Quand je me balade, je m’amuse à débusquer la plus vieille maison et tenter de deviner son époque. Si je remarque une église, j’examine sa forme : est-elle d’inspiration gothique, romane ? Voici un site utile pour aider à les reconnaître. 

Heritage Alley | Découvrir le patrimoine
Montagne Saint Michel, dans les Monts d’Arrées

Suivre les traces du passé

Occasionnellement, si j’aperçois une date ou un blason, j’essaye de garder en mémoire les détails pour faire des recherches et tenter de les retrouver ailleurs. Peut être était-il déjà sur ma page Wikipédia… ?

Il y a certaines traces du passé que nous côtoyons tous les jours sans jamais s’y intéresser ou même les remarquer.

J’ai grandi dans un village où il y avait un menhir. Menhir signifie « pierre longue » en breton. Je longtemps cru devoir aller en Bretagne pour voir de près ces monuments préhistoriques. En réalité, j’en avais un près de chez moi en Maine-et-Loire ! Des menhirs il y en a partout sur terre, en France, en Arménie, en Inde. Celui de mon village a été christianisé : il se retrouve maintenant avec une croix chrétienne à son sommet pour en gommer l’origine « païenne ».

Un château en ruine, un moulin, une tour à grains, des restes de fortifications, un bout de mur romain. Si vous y faites attention, le passé qui vous entoure va commencer à vous sauter aux yeux. Vous ne verrez plus jamais votre lieu d’habitation de la même manière.

Plus tard, je me suis aussi intéressée au patrimoine urbain : j’habitais en ville, entourée d’immeubles et de zones commerciales. Je me suis rendue compte qu’ils ont aussi leur histoire. Et le béton dont on se plaint parfois, a eu son heure de gloire. Dans cette petite vidéo, on comprend le rêve de modernité et de confort que ce matériau incarnait dans l’après-guerre. Puis, comment aujourd’hui, après avoir été marginalisées, les cités retrouvent une place d’honneur dans les milieux artistiques.

Repérer les vestiges d’activités révolues

Je trouve quelque fois des traces d’anciennes activités : un lavoir, un puits, des trous étranges dans un mur de grange. Ces traces d’activités témoignent des usages du passé, de ce dont on avait besoin au quotidien pour manger, habiter, commercer. S’intéresser à ces traces nous forcent à prendre pleine conscience de la disparition progressive des zones d’activités dans les campagnes.

Un lavoir par exemple, nous renseigne sur la façon dont on lavait le linge autrefois. Plus qu’une corvée, il s’agissait d’une activité collective, d’un moment de rassemblement entre femmes à une époque où la machine à laver n’existait pas. Parfois, des chants entouraient ce moment essentiel et en faisait un instant convivial. Moi qui déteste faire la lessive, j’imagine que j’aurais plus d’entrain si je la faisais avec mes copines (et des bras plus musclés !).

Dans certains endroits, on aperçoit les vieilles signalisations de circulation peintes à même les murs des maisons ou constituées de jolie céramique. Certaines sont très anciennes et conservent un charme particulier. Ces traces nous permettent de constater l’évolution des techniques d’orientation : seraient-elles suffisantes de nos jours avec la rapidité de nos moyens de transports ou durant nos trajets de nuit ?

Heritage Alley | Découvrir le patrimoine
MaryneFournier©, le mélange d’époques, à La Haye

Rencontrer des conteurs d’objets

Pour découvrir l’histoire locale, avoir un musée d’histoire près de chez soi est une chance. Même si se rendre au musée n’est pas toujours une sortie accessible pour tout·e·s, ce sont néanmoins des lieux où il est possible d’en apprendre plus sur le patrimoine que l’on côtoie le plus.

Parfois, je m’inscris à une visite guidée et je me laisse bercer par quelqu’un qui s’y connaît. Je parviens rarement à retenir tout ce qui est dit, mais je capture dans ma mémoire les éléments qui m’intéressent. À chaque fois, je ressors avec le sentiment d’avoir acquis une sorte de nouvelle richesse que j’ai envie de partager. Cela me permet également d’avoir accès à une personne à qui poser mes questions. Même si elle ne possède pas la réponse, il y a des chances qu’elle puisse me donner des pistes où chercher.

J’ai moi-même été médiatrice dans un musée et certains de mes plus beaux souvenirs sont les confidences de visiteurs sur les objets exposés. Des personnes âgées parlant de leur enfance à la ferme à la vue d’une meule à grain, évoquant leurs souvenirs des moissons ou des fêtes religieuses. Des enfants prenant des photos d’habits traditionnels les yeux brillants, faisant dans leur tête le chemin avec leurs ancêtres ou les trouvant tout simplement magnifiques.

Découvrir le patrimoine à domicile

Si je suis d’humeur casanière, je fais un tour sur les sites internet des musées ou des archives. Certains exposent leurs collections en ligne ou offrent une visite virtuelle, C’est le cas du musée du Louvre où l’on peut visiter des salles d’expositions comme ici la petite galerie.

Je m’amuse aussi à me balader sur Google Maps, par exemple, en plein cœur du Groënland. J’avais bêtement imaginé tomber sur quelques phoques, d’énormes bateaux de pêche en cliquant au hasard. Bon. Je me suis rendue compte que ce n’était pas différent de ce que je connaissais : des églises, des lampadaires, des stades de foot. Donc après tout, pourquoi ne pas utiliser Maps afin d’aller visiter virtuellement le patrimoine ? On peut même jeter un œil à ce qui nous plaît d’un point de vue aérien !

Heritage Alley | Découvrir le patrimoine
Photo de Marjorie Teo sur Unsplash 

Si j’ai envie de quelque chose de plus complet, je cherche des vidéos sur Youtube. On peut y écouter des témoignages et regarder des documentaires sur le sujet qui nous intéresse. J’ai adoré cette vidéo rassemblant des témoignages sur Mai 68 d’un point vue régional. Ces témoignages m’ont profondément émue et intéressée. Plusieurs personnes racontent les évolutions de la société qu’ils et elles ont connu. Une dame notamment, nous raconte l’isolement contemporain à travers l’exemple des courses.

Le récit des vivants

Elle a connu le temps où l’on partait de chez soi à pied pour faire ses emplettes dans les épiceries du coin. Tout était prétexte à la rencontre : les gens croisés sur le chemin, la conversation avec l’épicière ou la voisine hélée en rentrant. Aujourd’hui, elle se rend au supermarché en voiture, ne croise personne sur le chemin et revient chez elle sans avoir échangé plus de trois phrases avec les personnels de caisse. Je suis toujours très touchée par ce type d’anecdote qui en quelques phrases, nous démontre les transformations dans le temps.

On reçoit souvent ce type de récits de la part de nos proches. J’adore demander aux personnes de mon entourage de raconter un événement historique qu’ils ont vécu, même de loin et ce que cela a signifié pour eux. Par exemple : Mai 68, la chute du mur de Berlin,  le 11 septembre mais aussi la vie à la campagne en 1980, le quotidien durant la guerre d’Algérie, l’arrivée d’Internet. Je ne connais pas de meilleure manière de rendre l’histoire vivante, palpable, de la rendre incarnée. On en apprend souvent plus qu’espéré et cela créé toujours un échange mémorable, intime.

Et si découvrir le patrimoine nous aidait à trouver notre place ?

L’histoire, le patrimoine appartiennent à tout le monde, pas seulement aux vainqueurs et aux grandes figures. La grande histoire, celle des grands événements et personnages, est importante et nécessaire à prendre en compte : pour situer le contexte général. Cependant, l’histoire du reste de l’humanité et celle des choses du quotidien ont droit à leur place dans nos mémoires. Nous même, faisons déjà partie de l’Histoire : prendre le temps de découvrir le patrimoine est une manière de comprendre comment.

Si vous aussi, vous avez des astuces ou des petites manies, n’hésitez pas à me les partager en commentaires.

Bonne découverte !

Cette publication a un commentaire

Laisser un commentaire